L’AFRIQUE DE DEMAIN : AFRIQUAPONIA

Cette candidature a bien été soumise.

L’AFRIQUE DE DEMAIN : AFRIQUAPONIA: L’AFRIQUE DE DEMAIN : AFRIQUAPONIA

Cotonou, BeninCotonou, Benin
Année de fondation:
2014
Type d'organisation: 
à but lucratif
Phase du projet:
Idée
Sommaire du Projet
Lancement Important

Bref récapitulatif : Aidez-nous à présenter cette solution ! Fournissez une explication en seulement 3 ou 4 phrases.

Imaginons apprendre aux populations à créer des écosystèmes en circuit fermé, dans une démarche d'économie durable et dans une perspective d'autonomie alimentaire, accessible tant aux individus qu'aux groupes. Les aliments n’auront reçu ni pesticide ni fertilisant chimique.

Qu'adviendrait-il si... - inspiration : Écrivez une phrase qui décrit la façon dont votre projet ose demander, "Qu'adviendrait-il si...?"

l'Afriquaponia optimisait la complémentarité culture/élevage dans un circuit fermé?
About Project

Problème : Quel problème ce projet essaie-t-il d'adresser ?

A ce tableau de la crise sociale et des défis environnementaux, nous proposons un mode de production susceptible d’assurer la sécurité alimentaire en Afrique. Simple et efficace, l’aquaponie a la particularité d’être respectueuse de notre environnement et facilement applicable en milieu réel.

Solution: Quelle est la solution proposée? S.v.p soyez précis!

l'aquaponie associe la culture de végétaux simultanément avec l'élevage de poissons. Nous proposons un système : des poissons d’eau douce sont nourris dans un bassin, ces poissons produisent des déjections qui sont ensuite transformées en nutriments pour les plantes par l’action de bactéries spécifiques ; les plantes assimilent ces nutriments, et ce faisant elles filtrent l’eau et la rendent propre pour les poissons. Le système fonctionne en circuit fermé : il est non seulement économe en eau (une fois le bassin de poissons rempli, il ne faut plus ajouter d'eau) mais également intéressant grâce à sa culture sur substrat (et non en pleine terre).
Impact: How does it Work

Exemple : Faites nous découvrir comment cette solution fait la différence en utilisant un ou plusieurs exemples concrets ; en incluant aussi ses activités principales.

Ces systèmes peuvent être construits en petites unités, ce qui rend aisée la mise en place d'un système par une famille pour sa propre consommation (dans un jardin, dans une école, dans les restaurants, dans nos entreprises, dans une cour ou sur une toiture!), ou en grandes unités ce qui permet une production à plus grande échelle pour nourrir une communauté ou pour la vente de produits frais. L'aquaponie intéresse de plus en plus de personnes à travers le monde par son efficacité dans l'utilisation des ressources naturelles. L'aquaponie offre une alternative simple et pratique permettant de pallier à de nombreux problèmes liés à l'agriculture intensive et s'inscrit dans une démarche de développement durable

Impact : Quel est l'impact actuel de ce travail ? Décrivez aussi l'impact désiré dans le futur.

Notre objectif principal est de développer et de diffuser des processus novateurs de production alimentaire, s'inscrivant dans un développement durable, afin de les rendre accessibles à tous. Et plus particulièrement de les promouvoir au service des populations pouvant en bénéficier d’un point de vue citoyen, éducatif, thérapeutique, social, humanitaire, économique, culturel et de loisirs

Les stratégies de diffusion: Aller de l'avant, quelles sont les principales stratégies pour un impact d'échelle?

la conception de matériel (le plus souvent à partir de récupération ou de la réappropriation d'objets); l’accompagnement et le suivi d'installations (un animateur forme les individus à installer et gérer eux-mêmes leur système : choix des poissons, des plantations, des bassins, des matériaux...); des supports didactiques (carnets didactiques individuels et poster explicatif en 10 étapes) ; des animations et des workshops (in situ ou dans nos installations : accès à un fabLab); des projets d'échange et de développement où que ce soit en Afrique (projets humanitaires)
Viabilité

Plan de viabilité financière : Quel est le plan de cette solution qui permet un financement durable à cette initiative ?

l’aquaponie est un système durable : il reproduit des conditions naturelles et il n’y a ni pollution ou dégradation environnementale dans son fonctionnement. Le système est très peu coûteux et dépend des processus de récupération. Nous travaillons à développer l'initiative dans des coopératives agricoles. Le Volontariat des membres est privilégié et nous solliciterons des financements internes et externes.

Marché : Qui d'autre adresse les problèmes mentionnés ici ? Comment ce projet diffère-t-il de ces approches ?

Le mot aquaponie est issu de la combinaison des mots aquaculture (élevage de poissons ou autres organismes aquatiques) et hydroponie (culture des plantes par de l'eau enrichie en matières minérales). Elle se pratique mieux en Australie et peu à peu dans l’espace européen. Elle revêt encore un caractère embryonnaire et un marché potentiel exploitable pour l’Afrique. De plus en plus populaire à travers le monde pour sa réalité d'autosuffisance alimentaire et son caractère de développement durable, l'aquaponie associe la culture de végétaux simultanément avec l'élevage de poissons.
Equipe

Histoire de votre fondation

C'est une dynamique avec un ami Belge. Nous avons échangé lors d'un stage au centre Songhai du Bénin et ensuite nous avons visité l'exploitation agricole de ma famille. C'est ainsi qu'est partie l'idée d'optimiser la complémentarité culture/élevage dans un circuit fermé. Depuis 2012, nous travaillons sur la thématique. Lui en a fait sa priorité du coté de la Belgique. Nous travaillons pour l'adapter encore au Bénin. Des initiatives du genre commencent à voir le jour en Afrique anglophones et nous devons formaliser cette initiative porteuse des gênes de développement agricole durable.

Équipe

L’Assemblée Générale (AG) qui est l’instance de décision, Le Conseil d’administration de sept (7) membres, dirigé par Judicaël ALLADATIN (Ingénieur agroéconomiste, Docteur en Sociologie-Démographie sociale/ Université de Laval) ; La Direction Exécutive dirigée par Roland B. ASSOGBA (Ingénieur agroéconomiste, Master 2 en Innovation, Développement et Société (IDS)/ Gestion de projet; HOUEHOUNHA Dodé Heim Myline, Chargé du développement durable

Commentaires

intéressant, d'autant plus que vous semblez vraiment savoir de quoi vous parlez. je suis quand même curieux de savoir quels modèles économiques on peut associer à cette innovation. je pense en effet qu'en Afrique, l'inovation technologique toute seul ne peut pas résoudre les questions de développement, il faut qu'on apprennent aussi aux gens à se faire de l'argent avec ce qu'ils savent faire.

Portrait de Aurélien Douandji

Après avoir parcouru le projet, je suis vraiment fasciné. D'abord par sa simplicité, ensuite, par son efficacité. Bien plus, le projet est un véritable "package" des concepts environnementaux contemporains: développement durable, économie circulaire, préservation des écosystèmes, rationalisation de l'exploitation des ressources naturelles, sécurité alimentaire, protection de la biodiversité, réduction du réchauffement climatique, etc.
Je souhaite vivement qu'il soit largement vulgarisé, surtout dans les zones rurales où les populations très souvent pauvres ont rarement accès aux protéines animales. Ceci pourrait ainsi améliorer leur alimentation tout en les approvisionnant aussi en produits agricoles.
Bon vent!

Portrait de Dodé Heim Myline HOUEHOUNHA

Merci vraiment pour le soutien. Je suis honoré par le regard bienveillant des experts environnementaux comme vous

Portrait de Dodé Heim Myline HOUEHOUNHA

Merci pour le questionnement. Effectivement c'est à la fois dans un but de protection de notre environnement, de rationalisation de l'espace mais également économique. L’intérêt économique est triple: le gain de la production végétale, celui de la production halieutique et enfin l’économie en apports minéraux et hydrique. La production est bio et ce label est commercialisé et fait de la valeur ajoutée au produit

intéressant, d'autant plus que vous semblez vraiment savoir de quoi vous parlez. je suis quand même curieux de savoir quels modèles économiques on peut associer à cette innovation. je pense en effet qu'en Afrique, l'inovation technologique toute seul ne peut pas résoudre les questions de développement, il faut qu'on apprennent aussi aux gens à se faire de l'argent avec ce qu'ils savent faire.

Le projet est fort intéressant à tout point de vue.
D'abord, sur le plan Pertinence; ensuite sur le plan Innovation et, enfin, son aspect SMART.
J'y apporte ma modeste contribution en l'ouverture sur d'autres pistes de réflexion qui s'intègrent peu ou prou à la démarche de l'autonomisation alimentaire des ménages en Afrique Subsaharienne.
Je pars d'un postulat: L'autonomie alimentaire au plan micro social est le défi stratégique de la lutte contre le sous-développement. Fort de ce constat, je dénombre un certain nombres de pesanteurs qui constituent des tendances lourdes à ce future souhaité.
1- La dynamique foncière face au droit coutumier de l'accès à la terre;
2- L'urbanisation incontrôlée qui amenuise les espaces cultivables;
3- La disparition des champs (Jardins, vergers) domestiques.
Je pense, peut-être à tort (sous réserve d'études et de recherches scientifiques), que ces facteurs doivent être intégrés à toute politique et décision d'autonomisation alimentaire et de empowerisme, des acteurs pour l'atteinte de l’objectif sous-tendu des OMD qui vise à l'éradication de la pauvreté dans le monde.

Portrait de Dodé Heim Myline HOUEHOUNHA

Merci pour le questionnement. Effectivement c'est à la fois dans un but de protection de notre environnement, de rationalisation de l'espace mais également économique. L’intérêt économique est triple: le gain de la production végétale, celui de la production halieutique et enfin l’économie en apports minéraux et hydrique. La production est bio et ce label est commercialisé et fait de la valeur ajoutée au produit

intéressant, d'autant plus que vous semblez vraiment savoir de quoi vous parlez. je suis quand même curieux de savoir quels modèles économiques on peut associer à cette inovation. je pense en effet qu'en Afrique, l'inovation technologique toute seule ne peut pas résoudre les questions de développement, il faut qu'on apprennent aussi aux gens à se faire de l'argent avec ce qu'ils savent faire

Bravo! mon cher Dodé,
C'est un projet innovant et porteur de croissance à triple impacts : économique, social et environnemental qui mérite d'être capitaliser et répliquer un peu partout en Afrique où l'insécurité alimentaire fait des victimes. Une telle pratique culturale est respectueuse des écosystème est à encourager en ce sens qu'elle d'assurer la disponibilité, l'accessibilité et l'utilisation trois critères clés de la sécurité alimentaire. Encore une fois merci et bon vent à ce projet innovant!

Portrait de Dodé Heim Myline HOUEHOUNHA

Merci pour le questionnement. Effectivement c'est à la fois dans un but de protection de notre environnement, de rationalisation de l'espace mais également économique. L’intérêt économique est triple: le gain de la production végétale, celui de la production halieutique et enfin l’économie en apports minéraux et hydrique. La production est bio et ce label est commercialisé et fait de la valeur ajoutée au produit

Portrait de Dodé Heim Myline HOUEHOUNHA

Merci pour vos contributions mon cher Jonas. Merci pour le soutien Gabin

Bravo jeune homme du courage et bonne chance

Portrait de William Compaoré

L'agriculture concerne une très large partie de nos populations, ce qui fait qu'il est pertinent de motiver des jeunes a entreprendre selon cette méthode.
De plus, les populations des villes ne sont pas exclues ce qui fait que le marché potentiel est assez vaste.
Le petits bémol que je vois c'est que le pompage de l'eau vers le substrats ou inversement risque de demander de l’énergie ( à voir si cela peut être fait manuellement de façon périodique ou avec une source d'énergie renouvelable accessible ).

Portrait de Dodé Heim Myline HOUEHOUNHA

Merci de le faire remarquer. Le système est très peu consommateur en énergie pour le pompage d'eau et inversement. Nous prévoyons associer soit les panneaux photovoltaïques ou simplement l’élevage pour fournir directement de l’énergie au système. C'est encore à la phase prototype mais les résultats sont étonnant déjà en terme de production et de respect des normes environnementales

Portrait de Naly HERINIAINA

Bonjour et merci pour votre initiative.
Interessant projet, j'ai quelques questions:
Comment comptez-vous demarer le projet? Quels vont être les étapes et quels peuvent être les difficultés sur la réussite du projet?

Merci

Ce projet est une réelle opportunité pour les populations d'Afrique Subsaharienne qui doivent apprendre à valoriser les ressources dont elles disposent. Il pourrait réellement contribuer à améliorer les efforts pour la sécurité alimentaire à travers un approvisionnement constant en protéines animales et végétales. L'économie circulaire est le défi de demain. Bravo pour cette belle idée, bon courage à toi!

Portrait de Dodé Heim Myline HOUEHOUNHA

Merci pour votre intervention. Nous avons commencé l'essai avec le matériel de recyclage au Bénin. Le prototype est bientôt huilé. La principale difficulté est que nous nous
pouvons encore produire des quantités industrielles avec ce système. Il remplace juste les jardins de case,est une alternative pour la diversification de la production. La production est biologique et pourrait permettre d'atteindre l'autosuffisance alimentaire

Portrait de Dodé Heim Myline HOUEHOUNHA

C'est dans cette dynamique que s'inscrit cette initiative. Anticiper sur les enjeux de demain. Notre Afrique nous devons la construire en partant des acquis puis en innovant. C'est notre projet commun. Merci du soutien

Excellente idée. Beaucoup de population rurale africaine et un peu partout dans le monde ont un accès limité aux protéines avec comme corrolaire la malnutrition. Cette idée, je la trouve très pertinente pour résoudre ce problème. D'abord du point de vue de sa simplicité. Elle ne nécessite pas d'avoir un bagage intélectuel avant de l'appliquer. Il suffit juste d'informer les paysans et de leur apprendre quelques touches techniques pour qu'ils la mettent en apllication. Deuxièment, la mise en pratique d'un tel projet n'aura aucun impact négatif sur l'environnement et comme nous le savons tous, actuellement tous projets à but lucratif vise cet idéal. Troisièment, de grande superficie agricole ne sont pas sollicitée pour mettre en oeuvre ce projet. Ainsi, elle peut être mise en oeuvre pas de petits exploitants fermiers comme aussi par les grands. Enfin, la faible consommation en eau de ce projet est un critère de choix qui vient s'ajouter aux précédents déjà énumérés.
En résumé, le projet est innovant et offre une facilité d'exécution et des avantages économiques, fonciers et hydiques certains. Il doit être vulgarisé.

Ce projet tranche singulièrement par son originalité, sa simplicité et surtout son caractère innovant. Il mérite d’être soutenu et implémenté un peu partout à l'échelle du continent. A coup sur, cette expérience, vulgarisée et menée dans les conditions idéales, apparaît déjà comme une réponse appropriée aux défis cruciaux que pose la sécurité alimentaire en Afrique.

Portrait de Lurhielle dossou-yovo

Création de ressources et développement durable. Projet intéressant qui mérite d'être mis en œuvre et qui peut avoir des résultats indicateurs et impacts mesurables, concrets
Bon projet

Portrait de Dodé Heim Myline HOUEHOUNHA

Merci Lurhielle pour le message de soutien et d'encouragement

Portrait de Naly HERINIAINA

Bonjour et merci pour votre initiative.
Intéressant projet, j'ai quelques questions:
Comment comptez-vous démarrer le projet? Quels vont être les étapes et quels peuvent être les difficultés sur la réussite du projet?

Merci

Portrait de Dodé Heim Myline HOUEHOUNHA

Merci pour le message d'encouragement. Nous travaillons déjà sur un prototype au Bénin. Il s'agira ensuite de sensibiliser et de vulgariser sur la base des acquis. L'avantage est qu'il nécessite peu de ressource et moins d'espace pour une production totalement double et bio. La difficulté est que le système ne permet pas une production dans des quantités industrielles. Le système est une alternative aux jardins de case.