Dialogue & accompagnement d'adolescents autochtones par l'art.

Félicitations ! Cette candidature vient d'être annoncée comme étant gagnante.

Dialogue & accompagnement d'adolescents autochtones par l'art.

Canada
Sommaire du Projet
Lancement Important

Bref récapitulatif : Aidez-nous à présenter cette solution ! Fournissez une explication en seulement 3 ou 4 phrases.

Il était une fois, une adolescente métisse un peu déroutée qui n'avait pas envie de se perdre. Elle chercha à tout prix une lumière pour éclairer la route un peu sombre qui se trouvait devant elle. Un jour, alors que tout devenait de plus en plus terne et sombre, elle trouva une couleur sur son chemin. Cette couleur était belle et vive, mais la jeune fille ne savait quoi en faire. Elle tenta de l'utiliser pour faire renaître tout ce qui semblait triste autour d'elle. Mais rien ne se passa. Malgré ses efforts pour colorer le décor, rien ne changea. C'est alors qu'elle eut l'idée d'appliquer la couleur sur elle-même. À ce moment, elle vécut un sentiment de renaissance. Elle réalisa que la couleur n'avait pas changé ce qu'elle voyait, mais la vision de ce qu'il y avait en elle. Cette petite moi venait de découvrir un monde où la lumière existe quand on la créer. Un monde où il est possible d'éclairer soi-même sa vie et d'en exprimer la beauté : le monde de l'art. Maintenant ce monde, je veux le partager.

Faire une différence.

L'art m'a sauvée, et l'art m'a fait grandir. C'est l'art qui m'a donné un but à atteindre dans la vie; celui de toujours apprendre sur moi-même et sur ce qui m'entoure. Ce qui m'entoure, c'est une source d'inspiration et l'essence de ce qui m'anime quand je créer. Et quand on atteint le bout de soi-même, on apprend encore davantage en se cherchant à travers les autres. Dans le partage et le dialogue, on peut donner naissance aux pensées qui nous habitent. En écrivant, en dessinant, en chantant, en dansant, en jouant d'un instrument, on extériose ce que nous sommes, et on créer. On construit sa trace dans une vie qui est la nôtre. On prend possession de nous même, on se trouve enfin, et on grandit. Je l'ai vécu, et je crois sincèrement que nos jeunes peuvent aussi le vivre. Je crois déjà beaucoup en eux, et je sais qu'à leurs tours, ils auront besoin de trouver la lumière pour éclairer leur chemin; non seulement trouver une lumière, mais trouver la leur. J'ai espoir que l'art peut faire cette différence dans leur vie et leurs aspirations futures. Et même si ça ne fonctionnait que pour une seule personne, ce serait déjà une grande victoire. Déjà trois projets sont nés de cette intention de partager l'expérience artistique. En 2009, le Projet identité avec un groupe de sixième année à l'école primaire Seskitin de Wemotaci, a permis aux jeunes de se questionner sur la question identitaire, et d'expérimenter l'affirmation de leurs idées dans des dialogues et des projets artistiques. La même année, suite à un appel de projets d'artistes sous le thème de laisser sa trace, l'organisme Oxy-jeunes a soutenu mon idée d'aller rencontrer un groupe d'adolescents de Wemotaci, pour bâtir avec eux une exposition artistique selon ce qui les passionnait. Ces deux projets ont été bénéfiques pour les jeunes, mais surtout pour moi-même qui en fait maintenant mon domaine d'étude : la Maîtrise en art avec la communauté. J'ai été inspirée par leur envie d'apprendre et de s'exprimer, et j'en fais maintenant ma mission de vie. J'ai pu constater que le contact direct avec les jeunes, par la médiation de l'art, me permettait de faire une différence. Ce projet de vie existe grâce à eux, et ne peut exister sans eux. Mon dernier projet réalisé en 2011 (Miro'art), réalisé grâce au soutient du Centre d'Amitié Autochtone de La Tuque, m'a permis d'accompagner un groupe de jeunes âgés entre 12 et 24 ans avec qui j'ai partagé trois semaines d'ateliers et de dialogues. Cette expérience m'a confirmé que la rencontre avec l'autre, dans une perspective de collaboration et de partage, peut faire de vrais changements. Mais pour mener à terme de tels projets, il faut croire en soi-même et en ses capacités. Aujourd'hui, je suis prête à poursuivre ma quête artistique ''pour'', mais surtout, ''avec'' ma communauté. De ces projets pourront naître de belles et grandes rencontres, qui pourront peut-être, changer le monde.

A propos de vous
Organisation:
Dialogue & accompagnement d'adolescents autochtones par l'art.
A propos de vous
Prénom

Sonia

Nom

Basile-Martel

Confirmez un nom d'utilisateur qui sera rendu public pour identifier votre soumission

Sonia Basile-Martel

Un mot sur vous-même, votre groupe ou votre organisme
Nom

Dialogue & accompagnement d'adolescents autochtones par l'art.

Pays

, QC

Veuillez confirmer que cette idée ou projet pourrait servir les intérêts des autochtones des Premières Nations, Métis et Inuits.

Oui

URL Twitter
URL Facebook
URL du canal You-Tube
Quelles catégories décrivent le mieux le public auquel s'adresse votre groupe ou organisme ?

Autochtones des Premières Nations, Métis et Inuits .

Qu'est-ce qui décrit le mieux votre groupe ou organisme ?

Autre.

Depuis combien de temps votre groupe/organisme est-il actif ?

Veuillez sélectionner

Innovation
Parlez-nous de votre idée ou projet en une ou deux phrases.

L'art comme point de rencontre et de dialogue avec les adolescents autochtones. Une exploration identitaire. Chercher, découvrir, créer, partager, et être fier.

Sélectionnez la phase qui s'applique le mieux à votre solution

Démarrage (projet à ses débuts)

Impact social
Veuillez nous parler de l'impact social de votre idée ou projet.

Mes projets se basent sur le dialogue et la collaboration. Il faut différencier mes méthodes d'accompagnement du système d'éducation qu'on connait. Mes intentions et objectifs s'inspirent de la réalité des jeunes, de leur quotidien, et visent à encourager l'affirmation de soi dans l'élaboration et la réalisation d'idées mises en place dans un dialogue. La collaboration quant à elle, est une approche qui me permet de vivre une expérience artistique avec les jeunes, et non pas seulement de leur enseigner à sens unique; c'est un échange de connaissances. J'apprends d'eux autant qu'ils apprennent de moi, et c'est dans cette dynamique humaine qu'ils peuvent vivre un sentiment d'accomplissement. L'estime de soi est à la base de soi, et l'art est selon moi une belle façon de s'en construire une.

Vos futurs objectifs : Identifiez les objectifs que vous espérez avec votre idée ou projet atteindre d'ici l'année prochaine

Permettre aux jeunes de s'exprimer davantage et de redéfinir leur identité à travers cette prise de parole par l'art.

Dans 5 ans, quelle différence aura apporté votre idée ou projet ?

Les projets vécus avec ma communauté m'ont fait grandir, et ils auront très certainement permis à plusieurs jeunes d'expérimenter par l'art, une affirmation d'eux-mêmes et de leur talent. Je souhaite donc avoir la chance de poursuivre ces rencontres avec les jeunes, et ensemble, échanger les outils nécessaires pour réaliser de grandes choses. J'y crois, et j'entends souvent dire qu'on ne peut pas changer le monde, mais qui sait sans même avoir essayé. Si on ne change pas le monde, on aura au moins changé le nôtre. Dans 5 ans, je suis confiante que les jeunes que j'aurai eu la chance de croiser, auront trouvé en eux l'inspiration et la motivation d'aller encore plus loin. Ils le feront non seulement pour eux-mêmes, mais par eux-mêmes, et l'art aura pu être cette découverte d'eux-mêmes.

Viabilité
Parlez-nous des personnes / partenaires déjà impliqués dans votre idée ou projet, et dites-nous pourquoi ils sont importants pour votre réussite.

François Bergeron - Directeur général - Oxy-jeunes (organisme à but non-lucratif).

M.Bergeron croit en mes démarches pour parvenir à réaliser d'autres projets avec les jeunes de ma communauté. M'ayant lui-même encouragé et soutenu pour mon projet Laisser sa trace en 2009, il n'exclut pas l'éventualité de revivre l'expérience avec moi, et de m'inclure aux idées de projets mis en place par Oxy-jeunes. C'est une précieuse porte ouverte.

Christine Jean - Directrice générale - Centre d'Amitié Autochtone de La Tuque (CAALT).

Mme.Jean m'a soutenue au cours de mon dernier projet (Miro'art). Elle encourage aussi mes démarches quant à la poursuite de mes idées de rencontre et de partage avec les jeunes. Le CAALT reste un point de rencontre privilégié pour moi.

Existe-t-il d'autres personnes / partenaires qui jouent un rôle important dans votre idée ou projet et pourquoi.

Le plus important des partenaires pour moi restera toujours les jeunes et leur créativité. Ils sont l'espoir et l'avenir d'une culture, et tout part d'eux. C'est une richesse de pouvoir leur offrir quelque chose, et de recevoir d'eux en retour. Il n'y a rien qui puisse remplacer la satisfaction d'avoir pu jouer un rôle dans la vie d'une autre personne. C'est un cadeau du présent qu'il faut savoir saisir. Et tant que j'aurai cette chance, les jeunes pourront toujours compter sur mon engagement envers eux. Je m'engage à les accompagner dans tout ce que je suis, et toutes les connaissances que je peux partager avec eux.

Décrivez le type de soutien que vous recevez (autre que financier) ou dont vous auriez besoin pour votre idée ou projet (par ex., dons, espace, équipements, bénévoles)

Pour chacun de mes projets, je dois voir à obtenir un lieu de rencontre et un espace de création. Ensuite, je dois prévoir le matériel nécessaire aux réalisations de chacun selon leurs intérêts (écriture, dessin, peinture, photographie, vidéo, musique).

Votre idée ou projet est-il/elle financé(e) à l'heure actuelle ?

Non (sauter les deux questions suivantes)