Cleq'melt : Groupes pour enfants et adolescents autochtones à l'école et dans la communauté

Félicitations ! Cette candidature vient d'être annoncée comme étant gagnante.

Cleq'melt : Groupes pour enfants et adolescents autochtones à l'école et dans la communauté

Canada
Budget: 
$10,000 - $50,000
Sommaire du Projet
Lancement Important

Bref récapitulatif : Aidez-nous à présenter cette solution ! Fournissez une explication en seulement 3 ou 4 phrases.

Ce voyage a commencé dans un cercle, un petit groupe de champions qui se sont rencontrés au bon moment et au bon endroit, unis par le désir de réintroduire les traditions et la culture dans les salles de classe de nos étudiants autochtones. Les groupes, et mon travail avec les jeunes filles, trouvent leurs racines dans mes plus de 15 années d'intervention en première ligne avec pour alliées des jeunes filles autochtones, ma tante, ma soeur et un animateur de groupe, pour enfin poursuivre mon voyage en quête de ma propre identité. Au cours de mes 17 années de résidence à Vancouver, j'ai créé et animé des groupes de jeunes filles ayant connu des évènements traumatisants. La majorité de ces jeunes filles provenaient de communautés urbaines autochtones ou de communautés de Colombie-Britannique et du Canada. Quand je suis revenue en Colombie-Britannique, j'ai eu une conversation dans la cuisine avec ma belle-mère, Donna Jules, femme Secwepmec qui est un exemple à suivre indubitable de la communauté. Nous parlions des jeunes filles autochtones, notamment de jeunes femmes comme sa fille et ma soeur, qui sont des jeunes femmes solides et dynamiques malgré la violence, les abus et l'héritage colonial persistant qui les entourent. Ensemble, nous nous sommes demandé ce qui faisait la différence entre les jeunes filles qui arrivaient à naviguer pendant leur adolescence et celles qui devaient sans cesse livrer bataille. Nous avons toutes les deux remarqué que pour les jeunes filles que nous connaissions, le principal facteur de bonne santé était leur connexion à leur culture, à leur langue et à leur identité, et aux personnes exemplaires de la communauté, y compris les Sages. J'ai lu des articles sur les groupes Rites de passage composés de jeunes filles afro-américaines aux États-Unis et comment ces groupes avaient réussi à maintenir ces jeunes filles à l'école et à diminuer leurs souffrances et leurs facteurs de risque. Dans le même temps, j'ai été convié par Susan Dixon à rencontrer Deb Draney et d'autres personnes désireuses de lancer des groupes de jeunes filles dans la communauté. En collaboration avec Félix Delorme, qui s'était impliqué dans le travail de Rites de passage par l'intermédiaire de l'Interior Indian Friendship Society, Deb Draney et Renée Spence, membres respectives de l'arrondissement scolaire des programmes autochtones et du Conseil en Éducation des Premières Nations, ainsi qu'avec Susan Dixon, qui était alors coordonnatrice de l'initiative « L'école avant tout » auprès de l'arrondissement scolaire, nous avons envoyé une proposition de financement des groupes Rites de passage pour les garçons et les filles de la communauté à la Fondation McCreary. Nous avons mis au point un modèle en concomitance avec la communauté, y compris les Sages, les jeunes, les éducateurs, les parents et les prestataires de services. Nous avons maintenant un Conseil des grands-mères qui nous guide dans notre tâche, et nous nous occupons de plus de 18 groupes d'écoles primaires et secondaires de la région, regroupant plus de 150 garçons et filles autochtones. Nous avons poursuivi en envoyant une demande de financement, qui a été acceptée à la Fondation canadienne des femmes en partenariat avec l'Interior Indian Friendship Society et l'arrondissement scolaire des groupes Rites de passage. Ce financement nous a permis d'étendre nos activités concernant les groupes Rites de passage dédiés aux jeunes filles suivant des études. Le modèle Rites de passage est bâti sur l'écoute de la communauté pour oeuvrer dans le but recherché. La communauté nous demande d'utiliser une approche familiale traditionnelle. Ce qui signifie que nous devons continuer à intégrer autant de Sages, tantes, familles et femmes universitaires que possible, de manière à connecter les jeunes filles à différents groupes d'âge à toutes les étapes de leur vie de femme. Les éléments essentiels de ces groupes intègrent la vision autochtone du monde en utilisant la roue médicinale et les sept enseignements sacrés, en mettant l'accent sur les forces et la bonne résistance physiques et spirituelles, en tenant compte des traumatismes et de la sécurité culturelle qui reconnaît les différences internes et entre les jeunes filles autochtones et leurs identités. Les groupes prennent en compte les besoins de développement des jeunes filles autochtones à l'étape cruciale de la formation de leur identité de genre et de leur identité culturelle. Les groupes de jeunes filles Rites de passage nouent des liens entre filles et femmes adultes, notamment les Sages de sexe féminin, de manière à conforter et renforcer leur féminité sous forme d'identité positive, avec ses forces inhérentes, pour alimenter une saine émulation.

A propos de vous
Organisation:
Interior Indian Friendship Society, School District 73 Aboriginal Programs and Thompson Rivers University
A propos de vous
Prénom

Natalie

Nom

Clark

Confirmez un nom d'utilisateur qui sera rendu public pour identifier votre soumission
Un mot sur vous-même, votre groupe ou votre organisme
Nom

Interior Indian Friendship Society, School District 73 Aboriginal Programs and Thompson Rivers University

Pays

, BC

Veuillez confirmer que cette idée ou projet pourrait servir les intérêts des autochtones des Premières Nations, Métis et Inuits.

Oui

URL Twitter
URL Facebook
URL du canal You-Tube
Quelles catégories décrivent le mieux le public auquel s'adresse votre groupe ou organisme ?

Autochtones des Premières Nations, Métis et Inuits .

Qu'est-ce qui décrit le mieux votre groupe ou organisme ?

Groupe communautaire ou groupe jeunesse, Organismes sans but lucratif.

Depuis combien de temps votre groupe/organisme est-il actif ?

Plus 5 années

Innovation
Parlez-nous de votre idée ou projet en une ou deux phrases.

Cleq’melt signifie « conseiller », et ce mot implique l'apprentissage quotidien d'activités culturelles pratiques grâce à des rencontres hebdomadaires de groupes de garçons et de filles autochtones dans les écoles.

Sélectionnez la phase qui s'applique le mieux à votre solution

En expansion (le projet est en place depuis quelque temps, a pris de l'expansion, vous savez qu'il fait une différence et vous voulez passer à l'étape suivante)

Impact social
Veuillez nous parler de l'impact social de votre idée ou projet.

Nous savons que vous êtes que nous effectuons un excellent travail en lisant les témoignages que nous recevons des jeunes filles et de leurs parents, et en voyant la réaction de notre communauté. Par exemple, les résultats de l'évaluation de la FCF indiquent que 90 % des jeunes filles interrogées se sentent très bien ou mieux, et que 90 % des jeunes filles pensent avoir amélioré totalement ou partiellement leurs aptitudes de réflexion critique, tandis que 70 % pensent avoir un meilleur sentiment d'appartenance. Nous avons proposé il y a cinq ans l'établissement d’un groupe dans une école et d'un autre groupe dans la communauté. Nous avons aujourd'hui 19 groupes fonctionnant dans 18 écoles, et les gens en réclament d'autres. L'évaluation de ces groupes de jeunes filles dans leur cinquième année d'existence a indiqué une augmentation des relations saines des filles à tous les niveaux, une augmentation du taux de présence à l'école et des réactions saines.

Vos futurs objectifs : Identifiez les objectifs que vous espérez avec votre idée ou projet atteindre d'ici l'année prochaine

Nous souhaitons élargir les programmes pour les garçons. Nous avons reçu une aide financière seulement pour les filles.

Dans 5 ans, quelle différence aura apporté votre idée ou projet ?

Nous aurons créé des communautés saines, des familles saines, des enfants sains et des adolescents éduqués et fiers de leur culture, qui vivent des relations saines, y compris bispirituelles. En liant les enseignements culturels au cursus scolaire, en proposant des stratégies pour régler les problèmes quotidiens de racisme, en soutenant le développement de valeurs et croyances culturelles fortes, en opposant une résistance saine et en encourageant l'activisme.

Viabilité
Parlez-nous des personnes / partenaires déjà impliqués dans votre idée ou projet, et dites-nous pourquoi ils sont importants pour votre réussite.

Ce voyage a commencé dans un cercle, un petit groupe de champions, en concomitance avec des jeunes et des Sages, qui se sont rencontrés au bon moment et au bon endroit, unis par le désir de réintroduire les traditions et la culture dans les salles de classe de nos étudiants autochtones. Notre groupe est guidé par un Conseil des Sages composé de grands-mères. Nos partenariats comprennent le Kamloops Indian Friendship Centre, dont Christopher Phillips est le directeur exécutif;
la School of Social Work and Human Service de l'Université Thompson Rivers où Natalie Clark est formatrice et animatrice; l'arrondissement scolaire 73, avec Deb Draney au poste de directrice de l'Éducation autochtone; le Conseil en Éducation des Premières Nations, la docteure Renée Spence, qui est coordonnatrice du groupe de jeunes filles, et Susan Dixon, retraitée de l'arrondissement scolaire 73 et coordonnatrice de l'initiative « L'école avant tout ».

Existe-t-il d'autres personnes / partenaires qui jouent un rôle important dans votre idée ou projet et pourquoi.

Nous aimerions élargir nos groupes et créer des groupes pour les jeunes garçons de l'école primaire et les adolescents du secondaire. Pour y parvenir, nous voulons mettre en place un Conseil des grands-pères et réunir sous un même toit les animateurs autochtones masculins. Nous souhaitons fusionner les groupes de filles et de garçons, avec des Sages dans un camp culturel, et désirons développer notre partenariat avec les bandes locales des Premières Nations.

Décrivez le type de soutien que vous recevez (autre que financier) ou dont vous auriez besoin pour votre idée ou projet (par ex., dons, espace, équipements, bénévoles)

Nous n'avons pas de financement pour les groupes de garçons, mais nous recevons des fonds de la Fondation canadienne des femmes pour les filles. Des services gratuits sont offerts par les conseillers du Conseil en Éducation des Premières Nations, et nous apprécions le temps que toutes les personnes impliquées dans ce projet nous offrent gracieusement.

Votre idée ou projet est-il/elle financé(e) à l'heure actuelle ?

Oui (répondre aux deux questions suivantes)