DreamCatcher Mentoring: E-Mentoring for Northern High School Students

Félicitations ! Cette candidature vient d'être annoncée comme étant gagnante.

DreamCatcher Mentoring: E-Mentoring for Northern High School Students

Canadá
Budget: 
$50,000 - $100,000
Sommaire du Projet
Lancement Important

Bref récapitulatif : Aidez-nous à présenter cette solution ! Fournissez une explication en seulement 3 ou 4 phrases.

DreamCatcher Mentoring (DCM), un programme novateur de mentorat en ligne et de développement du leadership, met en contact les élèves du secondaire, au Yukon et au Nunavut, avec des mentors, ailleurs au pays, qui œuvrent dans les domaines auxquels aspirent les élèves. Le DCM est né de la réaction suscitée par la diminution du nombre de jeunes qui terminent leur secondaire dans le Nord du Canada.
Les membres du DCM estiment qu’un mentorat habilitant, autodirigé et compétent est une bonne façon pour les élèves d’acquérir la confiance, le leadership et les habiletés nécessaires pour se donner des objectifs réalistes, faire des études et travailler à la réalisation de leurs rêves et de leurs aspirations. La possibilité de faire des études postsecondaires incite les participants à faire des études postsecondaires ou à suivre une formation menant à un diplôme ou un certificat.
Le DCM a vu officiellement le jour comme projet-pilote, en avril 2005, à Carcross, au Yukon, une petite ville de 400 habitants, avec l’aide des médias, du gouvernement et des collectivités locales. Pendant un mois, le projet a jumelé 14 élèves (de la 7e jusqu’à la 9e année) de l’école communautaire de Carcross et 14 professionnels du Canada désirant aider les jeunes, dans le Nord, à se donner des objectifs scolaires et professionnels. Contrairement au mentorat traditionnel, le DCM tient des discussions seulement sur son site Web (www.dreamcatchermentoring.ca). En collaboration avec le ministère de l’Éducation du Yukon (MEY) et la Première nation Tagish de Carcross (PNTC), le DCM offre un programme supplémentaire d’un mois où les élèves réfléchissent à leur avenir, suivi d’un placement en emploi d’une journée, à Whitehorse.
Le succès du projet-pilote s’est traduit par la fondation, en 2005, de la DreamCatcher Yukon Mentoring Society, un organisme à but non lucratif, en vertu de la Yukon Society Act. Depuis, DCM a été l’occasion pour 800 élèves du Yukon et du Nunavut (provenant de 20 écoles de 19 collectivités nordiques) de bénéficier de mentorats en lignes de haut niveau grâce à leur jumelage à des mentors, ailleurs au pays, qui œuvrent dans les domaines où les élèves rêvent de travailler.
Pour jumeler des jeunes, dans le Nord, avec des mentors enthousiastes et compétents, le DCM a conçu un formulaire de mentorat en ligne novateur. Le caractère virtuel du programme attire des mentors de partout au pays. Le mentorat en ligne est une bonne façon pour les jeunes du secondaire de communiquer avec leurs mentors dans un cadre sécurisé, mais aussi avec des professionnels avec qui ce serait autrement impossible, spécialement dans les collectivités rurales.
L’une des façons d’évaluer notre succès a été de suivre le taux d’obtention de diplôme des participants. Grâce aux données du ministère de l’Éducation du Yukon (MEY), nous estimons que 94 % des participants ont obtenu le diplôme d’études secondaires ou sont encore à l’école. Cela laisse supposer que les participants du programme sont plus nombreux à terminer le secondaire que les autres. Ce résultat en dit long. Aussi, le DCM continue d’œuvrer avec le MEY à la création de statistiques montrant que le programme favorise le succès de ceux qui font des études postsecondaires ou suivent une formation.
Le DCM recrute des mentors surtout par le bouche-à-oreille et par l’intermédiaire de ceux qui sont en poste. Nous disposons en fait d’une base de données sur plus de 1000 mentors et sur les 800 qui ont collaboré au depuis 2005. Le traitement des demandes commence par l’examen des formulaires en ligne. Lorsque le jumelage d’un mentor et d’un élève est possible, nous vérifier d’abord le casier judiciaire du candidat et ses références personnelles. La durée du jumelage est d’habitude de deux à quatre mois, selon l’école et l’enseignant.
Pour le prochain semestre scolaire (de janvier à juin 2012), le DCM fera appels aux services d’élèves de 9e jusqu’à la 12e année de huit collectivités du Yukon (Mayo, Teslin, Carcross, Whitehorse) et de deux du Nunavut (Baker Lake et Igloolik).

A propos de vous
Organisation:
DreamCatcher Mentoring
A propos de vous
Prénom

Josh

Nom

Silvertown

Confirmez un nom d'utilisateur qui sera rendu public pour identifier votre soumission

Silvertown

Un mot sur vous-même, votre groupe ou votre organisme
Nom

DreamCatcher Mentoring

Pays
Veuillez confirmer que cette idée ou projet pourrait servir les intérêts des autochtones des Premières Nations, Métis et Inuits.

Oui

Quelles catégories décrivent le mieux le public auquel s'adresse votre groupe ou organisme ?

Autochtones des Premières Nations, Métis et Inuits , Autre.

Qu'est-ce qui décrit le mieux votre groupe ou organisme ?

Organismes sans but lucratif.

Depuis combien de temps votre groupe/organisme est-il actif ?

Plus 5 années

Innovation
Parlez-nous de votre idée ou projet en une ou deux phrases.

Le DCM est un programme de mentorat en ligne servant à mettre en contact les élèves du secondaire du Nord avec des mentors, ailleurs au pays, qui œuvrent dans le domaine où ils aspirent travailler.

Sélectionnez la phase qui s'applique le mieux à votre solution

En expansion (le projet est en place depuis quelque temps, a pris de l'expansion, vous savez qu'il fait une différence et vous voulez passer à l'étape suivante)

Impact social
Veuillez nous parler de l'impact social de votre idée ou projet.

DCM is striving to curb high school drop-out rates among students in Canada's North.
Given that DCM is focused on northern Canadian communities, a majority of our students identify themselves as First Nations, Metis and Inuit Peoples. Depending on the community, it could be a mix of Aboriginal and non-aboriginal backgrounds, or virtually 100% aboriginal. In fact, many of our Mentors also identify themselves as Aboriginal, which is a fantastic outcome, as this provides great role models to students.
Le DCM vise à réduire le taux de décrochage scolaire dans le Nord du Canada.
Étant donné que le programme s’adresse aux collectivités nordiques, la majorité des participants se considèrent comme des membres d’une Première nation, des Métis ou des Inuits. Selon la collectivité, ils peuvent être constitués d’un mélange d’Autochtones et de non-Autochtones, ou quasi essentiellement d’Autochtones. De fait, bien des mentors se disent Autochtones. Pour les élèves, le résultat est fantastique, car ils ont ainsi de bons modèles.
Conscient de l’importance des traditions et des valeurs autochtones, le DCM forme des mentors pour aider les élèvent à suivre le cycle de la Roue médicinale, qui les amène à réfléchir à leurs objectifs physiques, mentaux, émotifs et spirituels en vue d’une vie équilibrée, au travail et à la maison.

Vos futurs objectifs : Identifiez les objectifs que vous espérez avec votre idée ou projet atteindre d'ici l'année prochaine

Présent au Yukon et Nunavut, DreamCatcher Mentoring vise à répondre aux besoins des enseignants et à étendre son rayonnement.

Dans 5 ans, quelle différence aura apporté votre idée ou projet ?

D’ci 2017, DCM prévoit attirer son deux millième élève du secondaire et lui offrir un mentorat personnalisé, axé sur la recherche de l’équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle. Le DCM favorise la persévérance scolaire des jeunes, dans le Nord, et les aide à réaliser leurs objectifs pédagogiques et professionnels. Même si l’incidence de cette approche est aussi impossible à mesurer, malgré sa valeur inestimable, les avantages du DCM se font déjà sentir dans les collectivités du Canada, à l’échelle locale et nationale.

Pour les collectivités nordiques, la hausse du taux d’obtention du diplôme d’études secondaires se traduira par l’amélioration de la stabilité économique, de la santé physique et mentale et par une démographie propice au développement économique, social et politique du Canada.

With a higher rate of high school graduates, northern communities will enjoy greater economic stability, better physical and mental health, and grow a strong population base for the economic, social and political development of Canada.

Viabilité
Parlez-nous des personnes / partenaires déjà impliqués dans votre idée ou projet, et dites-nous pourquoi ils sont importants pour votre réussite.

Le DCM compte quatre employés de talent et un illustre conseil d’administration formé de cinq membres. Le succès du programme repose sur les partenariats des sept dernières années.
Ministère de l’Éducation du Yukon – Approbation du programme et des cours. Cela permet d’offrir le programme aux écoles et aux enseignants.
Administration de l’éducation du district d’Iqaluit – Permet d’offrir le DCM dans les écoles du Nunavut.
Affaires indiennes et du Nord Canada – Offre le financement nécessaire.
Instituts de recherche en santé du Canada – Offre le financement nécessaire.
Première nation Tagish de Carcross – Appuie le programme et donne des orientations sur les cours offerts aux Premières nations.

Existe-t-il d'autres personnes / partenaires qui jouent un rôle important dans votre idée ou projet et pourquoi.

Outre le désir de s’étendre dans les Territoires du Nord-Ouest, le DCM doit y instaurer des partenariats avec les collectivités, les écoles (enseignants, directeurs d’école, parents), les conseils et les gouvernements. Il doit œuvrer auprès du ministère de l’Éducation afin d’obtenir son appui, nécessaire pour mener notre programme dans les écoles des T.N.O.

Décrivez le type de soutien que vous recevez (autre que financier) ou dont vous auriez besoin pour votre idée ou projet (par ex., dons, espace, équipements, bénévoles)

En plus du soutien des partenaires susmentionnés, le DCM dépend des mentors bénévoles. Leur recrutement, leur présélection et leur jumelage font l’objet d’un grand soin, afin d’optimiser l’incidence du mentorat en ligne pour l’élève et le mentor. Pour certains mentors, le DCM favorise l’exposition à une autre culture canadienne en interagissant avec les élèves, Autochtones pour la plupart. Le programme orchestre une nouvelle façon de rapprocher les populations du Nord et du Sud, de jeter des ponts entre les cultures et de partager les avantages de l’éducation.

Votre idée ou projet est-il/elle financé(e) à l'heure actuelle ?

Oui (répondre aux deux questions suivantes)