Leadership des jeunes pour un accès universel à la prévention du VIH et à la promotion de la Santé Reproductive

Leadership des jeunes pour un accès universel à la prévention du VIH et à la promotion de la Santé Reproductive

Burkina Faso
Type d'organisation: 
le secteur de la société civile
Budget: 
$1 million - $5 million
Sommaire du Projet
Lancement Important

Bref récapitulatif : Aidez-nous à présenter cette solution ! Fournissez une explication en seulement 3 ou 4 phrases.

Avec des actions de plaidoyer et des campagnes de communication, le RAJS/BF a créé un environnement politique et social favorable a la santé des jeunes, il ya eu la création d'un ministère de la jeunesse et d'une direction de la santé des jeunes et des adolescents, l'adoption d'une stratégie nationale de santé des jeunes, l'adoption d'une politique nationale de la jeunesse. Dans les programmes et projets, le travail du RAJS/BF a amené les communautés et les decideurs à voir la sexualité moins tabou, à créer les conditions pour rendre plus accessible l'information et les services de prévention et de soins de qualités, notamment sur le VIH et la santé de la reproduction.Il faut noter une baisse continue de la prévalence du VIH chez les jeunes et l'augmentation de la prévalence contraceptive.

About Project

Solution: Quelle est la solution proposée? S.v.p soyez précis!

Jusqu'en 2001, date à laquelle le RAJS/BF a été créé il n'a pas existé au Burkina Faso, une organisation faitière qui puisse présenter les problèmes des jeunes entendus d'eux-mêmes. Avant cette date, le gouvernement burkinabè a considéré la jeunesse comme un problème à resoudre et non comme une solution aux problèmes du Burkina Faso. Le RAJS/BF en travaillant à développer le leadership des jeunes à permis à travers les actions de plaidoyer d'amener les jeunes à parler pour eux-mêmes et agir pour eux-mêmes. A travers le Réseautage des associations de jeunes dont le RAJS/BF en est le premier initiateur, il ya eu une véritable prise de conscience de la jeunesse burkinabè. Cette stratégie a permis de donner aux jeunes des cadres de formations et d'expression pour leurs prise en compte. Elle a permis aussi de donner aux partenaires un interlocuteur crédible pour parer aux problèmes de mauvaises gestions des ressources. Desormais les jeunes ont leur destin en main, Plusieurs conférences internationales consacrent le reveil de la jeunesse. De plus en plus des responsabilités leurs sont confiées. Le système des Nations Unies avant cette date de 2001 a tenté toutes les solutions pour une plus grande prise en compte de la jeunesse et la resolution de leurs problèmes, avec pour la plupart du temps des échecs notamment avec la CIPD au Caire. Notre projet de renforcement du leadership des jeunes à montrer que si les jeunes impliqués et responsabilités et ils sont en mesures de se prendre en charge et cela qui a permis un véritable pris en compte des resultats de la CIPD de 1994.
Impact: How does it Work

Exemple : Faites nous découvrir comment cette solution fait la différence en utilisant un ou plusieurs exemples concrets ; en incluant aussi ses activités principales.

Pour atteindre ses objectifs de developpement du leadership de la jeunesse, le RAJS/BF réalise des campagnes de communication qui mobilisent l'Etat au plus sommet notamment Talent de jeunes et journée jeunesse anti-sida qui permettent d'anemer les jeunes à transmettre aux autorités leurs messages et leurs besoins pour une prise en compte efficace.Ensuite il ya la mise en place de Réseau Sous Régionaux de jeunes en faveur de la lutte contre le VIH et de la promotion de la santé reproductive des adolescents et des jeunes notamment AfriYAN et CRJ/ACO qui sont des regroupement de réseaux pays d'organisations de jeunesse qui travaillent pour la mobilisation des ressources, et la mise en palce du conseil national de la jeunesse du Burkina Faso. Après ces actions pour rendre favorable l'environnement et disponible les ressources, le RAJS/BF va travailler à developper des activités de communication avec les jeunes eux-mêmes et par eux-mêmes et à cet effet il ya eu la mise en réseau de plus de 325 associations de jeunes, la formation de plus 2750 jeunes pairs éducateurs en IEC/CCC/VIH/SRAJ,en compétence de vie courante et Prise en charge communautaire des PvVIH, la formation de plus 325 enseignants sur le VIH et la promotion du Genre, la formation de plus 750 parents sur la communication parents/enfants, la formation de plus 150 agents de santé en stratégie d'approche jeunes, la création de Radio communautaire avec centre d'écoute pour jeunes intégré à Bogandé (L'Est du Burkina), la création de 10 centres d'écoute pour jeunes avec services de soins de santé intégrés, la réalisation du plus 500000 activités de proximités (Causeries éducatives, Projection vidéo suivie de débats, Théâtre forum), la réalisation de plus 15 enquêtes et études sur la santé et les besoins des jeunes. Toutes ces activités ont eu pour rôle de renforcer la responsabilité des jeunes et la mobilisation de l'Etat et des partenaires à leur coté.
A propos de vous
Organisation:
Réseau Africain Jeunesse Santé et Développement au Burkina Faso
A propos de vous
Prénom

Bagnomboé

Nom

BAKIONO

Twitter
Profil sur Facebook
A propos de votre organisation
Nom

Réseau Africain Jeunesse Santé et Développement au Burkina Faso

Téléphone

+22650433543

Adresse

09BP 324 Ouagadougou09

Pays
Pays dans lesquels ce projet crée un impact social
Depuis combien de temps votre organisation opère-t-elle ?

Plus 5 années

Les informations que vous fournissez ici seront utilisées pour combler toutes les parties de votre profil qui ont été laissées en blanc, comme les intérêts,les informations sur l'organisation, et le site Web. Aucune information de contact sera rendu publique. S'il vous plaît décochez ici si vous ne voulez pas que cela se produise..

Innovation
A quel étape votre projet en est-il ?

En place depuis plus de 5 ans

Comment décririez-vous la population auprès de laquelle vous travaillez ? Parlez-nous, par exemple, de la situation économique, des structures politiques, des normes et des valeurs, de l'évolution démographique, de l'histoire ou des précédentes expériences d'engagement communautaire.

Le Burkina Faso a une population en majorité jeune : les moins de 20 ans représentent 57% de la population totale selon le RGPH 2006 ; les adolescents et jeunes filles de 10 à 24 ans constituent 31% de la population totale et constituent la population la plus pauvre.
D’une manière générale, les jeunes sont confrontés aux mêmes problèmes de santé que les adultes avec cependant plus d’acuité compte tenu de nombreux facteurs tant sur les plans biologique, psychologique, social, environnemental qu’économique. Ainsi, les principaux problèmes de santé des jeunes recensés se présentent comme suit :
- Les IST/VIH/SIDA ;
- Les grossesses précoces et non désirées, les avortements à risques ;
- L’alcoolisme, le tabagisme, la toxicomanie ;
- La pratique traditionnelle néfaste telle que l’excision en dépit des
actions multiformes entreprises. Selon l’EDS (2003) près de trois quarts de femmes de 15 à 49 ans soit 75% sont excisées ;
- Les carences alimentaires et nutritionnelles qui touchent aussi bien les enfants de 2 à 10 ans que les élèves du secondaire ;
- Les maladies endémo-épidémiques telles la dracunculose, l’onchocercose, la recrudescence de la tuberculose à la faveur du SIDA ;
- Les mariages forcés et précoces.
La Santé Sexuelle et de la Reproduction (SSR) des jeunes demeure préoccupante. Selon les données de l’EDS-II, un quart des adolescents âgés de 15 à 19 ans avait déjà un enfant ou était à leur première grossesse au moment de l’enquête.
La précocité de l’activité sexuelle et un accès insuffisant aux prestations de services appropriés par ignorance, manque de moyens, inhibitions sociales (peur, gêne, absence de communication avec les parents et même entre jeunes) conduit non seulement aux risques des IST et du SIDA déjà évoqués mais également à des cas de grossesses précoces et/ ou non désirées et à des avortements de plus en plus nombreux. Toujours selon l’Enquête de Démographie et de la Santé III :
- 52, 4% des enquêtes ont déjà eu au moins un rapport sexuel ;
- 56,5% des jeunes sexuellement actifs n’ont jamais utilisé une méthode contraceptive ;
- 41,6% des filles de l’échantillon ont pratiqué au moins un avortement provoqué et 24% des consultations des centres pour jeunes l’ont également déjà fait.
EN 1998, une étude de la CRESAR a révélé que 31% des avortements étaient provoqués dont 50% étaient le fait d’adolescentes. Parmi les décès maternels du Centre hospitalier national Yalgado, 15,6% sont consécutifs à des IVG. Généralement, celles qui avortent sont des adolescentes ou des jeunes femmes dont l’âge varie entre 16 et 24 ans.
Au Centre hospitalier régional Sourou Sanou, 37% des décès maternels sont dus à des avortements clandestins et plus de la moitié concerne des adolescentes.
Au CHUYO de Ouagadougou la capitale, en 2009, 284 adolescentes et jeunes de 15-24 ans ont été prises en charge pour complications d’avortement, 150 ont déclaré avoir provoqué leur avortement.
Les jeunes sont particulièrement exposés à la consommation d’alcool, de tabac, de drogue. L’âge moyen de la première consommation d’alcool se situe à 14 ans et les jeunes des milieux urbains sont les plus touchés.
Une autre cause de décès de jeunes est le fait de suicides dus généralement aux grossesses non désirées et aux déceptions sentimentales.
Les jeunes sont confrontés à d’autres problèmes non moins importants qui influencent leur état de santé et leur épanouissement. Ce sont entre autres :
- Conflits de génération,
- Rupture familiale,
- Désœuvrement,
- Déscolarisation,
- Mariages précoces et forcés.

Racontez l'histoire du fondateur et ce qui l'a inspiré à démarrer ce projet

Bagnomboé BAKIONO, s'est engagé très tot dans la resolution des problème des jeunes. Déjà depuis 1994, alors qu'il était encore à l'Université, il a créé avec d'autres camarades de l'époque l'Association pour la Promotion de la Jeunesse Africaine et le développement (APJAD). Cette association venue à une période où parler de sexe ou de sexualité etait un scrilège surtout dans un milieu comme l'université, il dû se battre contre vents et marrées pour toujours donner aux jeunes l'information, une période où la voix des jeunes n'avait aucune valeur. Convaincu de ce qu'il fait, il a travaillé à développer des cadres de rencontre et de discussion avec les autorités de l'Etat, il a frappé à plusieurs porte et avec son initiative de créer une organisation forte de jeunes qui va parler au nom de tous les autres jeunes il est allé au Forum sur le Développement de l’Afrique (FDA) en 2000 et a travaillé à faire adopter une recommandation sur la mise en place de réseau de jeunes contre le SIDA comme porte d'entrée pour toucher toutes les autres questions de développement concenant les jeunes. Cette initiative a eu l'assentiment des partenaires au développement et 2001 est né le RAJS/BF pour faire la promotion du leadership de la jeunesse.

Impact social
Décrivez les résultats positifs obtenus par votre projet ainsi que la façon dont ils sont mesurés.

Les resultats positifs sont entre autres la baisse du taux de seroprévalences au Burkina de 7,17% en 1997 à 1,2 en 2008 et cela est mesuré à travers les sites sentinels du Ministère de la santé et par les indicateurs de l'ONUSIDA et de l'OMS.
La mise en place du Conseil National de la Jeunesse du Burkina Faso, le nombre d'organisations de jeunes présent dans cet organe permet de mésurer sa crédibilité.
La prise en compte des jeunes dans l'élaboration des politiques et programmes de santé, cela se mesure par la création d'une direction de santé des jeunes et par l'implication du RAJS/BF dans les différents conseils et instances au niveau national.

Combien de personnes ont été touchées par votre projet ?

Plus de 10,000

Combien de personnes pourraient être touchées par votre projet au cours des trois prochaines années ?

Plus de 10,000

Les projets gagnants possèdent un programme solide indiquant leurs prévisions de croissance. Identifiez l’objectif à atteindre au bout de six mois pour accroître vos résultats.

Accroître l’offre de contraceptifs non-prescriptibles et améliorer la qualité des services d’information, de conseils et d’orientation des adolescents et jeunes en matière de Santé de la reproduction

Tâche 1

Former 360 jeunes pairs éducateurs à la distribution à base communautaire des produits contraceptifs non prescriptibles et sur la promotion de la santé sexuelle et reproductive

Tâche 2

Acquerir mensuellement 150 000 unités de condoms masculins et 25 000 unités de condoms féminins

Tâche 3

Réaliser mensuellement 450 activités sensibilisation de proximité au profit des jeunes des 45 provinces du Burkina Faso

Identifiez l’objectif à atteindre au bout de 12 mois.

Faciliter l’accès des jeunes à des services et soins préventif de VIH, le paludisme et la tuberculose ainsi que d’autres maladies courantes et fléaux menaçant les adolescents et les jeunes

Tâche 1

Ameliorer le plateau technique d'intervention des centres d'écoute pour jeunes

Tâche 2

Former les agents de santé des centres d'écoute pour jeunes sur la prise en charge spcifiques des jeunes

Tâche 3

Créer un cadre de dialogue favorable au renforcement de l'intervention des agents de santé dans les centres d'écoutes pour jeunes avec les Ministères de la santé et de la jeunesse

Quelle va être l'évolution de votre projet lors des trois prochaines années ?

Pour les trois prochaines années, le RAJS/BF voudrait aller vers l'augmentation du nombre du nombre de centre d'écoute pour jeunes et l'augmentation du paquet de services offerts avec l'implication d'autres types d'activités comme la formation professionnelle et la formation à l'entrepreneuriat chez les jeunes.

Viabilité
Quels sont les obstacles qui pourraient entraver la réussite de votre projet et comment comptez-vous les surmonter ?

Le manque d'appui financier pour la suite du projet pourrait être un grand obstacle et pour cela un plan stratégique 2011-2015 a été élaboré pour accelerer la mobilisation des ressources.
L'instabilité politique au Burkina faso et cela pourrait être surmonter grace au projet de renforcement de la participation citoyenne chez les jeunes et de la promotion du dialogue politique.
La non adhésion des populations cibles et cela pourrait être surmonter grace à la stratégie d'implication des communautés en amon pour élaboration des stratégies et en aval pour l'évaluation.

Quels sont vos différents partenariats ?

Dans le cadre du projet, nous travaillons avec les associations membres du RAJS/BF pour les actions de proximité avec les communautés. Ensuite, les services de l'Etat comme le Ministère de la Santé à travers ses services techniques, le Ministère de la Jeunesse, le Ministère de l'éducation nationale, le Conseil national de lutte contre sida et les IST, le conseil national de la population et les autorités locales décentralisées. Enfin les partenaires au développement et les entreprises privées notamment l'UNFPA, l'UNICEF, le PNUD, les ambassades, TELECEL Faso.

Expliquez vos choix.

Chaque année les Parrains et marraines du RAJS/BF qui sont des particuliers apportent des soutiens aux activités du projet. Depuis 2008 l'ONG OXFAM Pays Bas apporte un soutien financier aux activités du RAJS/BF, l'Etat à travers la Presidence du Faso et les ministères apportent des soutiens financiers et techniques aux activités notamment les campagnes de communication et le Système des Nations Unies qui apportent appui technique et financier aux actions du RAJS/BF a plus de 80% de son budget annuel.

Comment pensez-vous pouvoir consolider votre projet au cours des trois prochaines années ?

Pour les trois prochaines années la consolidation du projet passera par le renforcement des acquis, la recherche de nouveaux sources de financement, la mobilisation continue des autorités nationales auprès du RAJS/BF, le renforcement de l'inonvation l'adoption de stratégie novatrice. Une plus grande implication des communautés à la base permettra une appropriation des réalisations et facilitera perrénisation des investissements.

Enjeux
Quels problèmes liés à la santé et au bien-être votre projet tente-t-il de résoudre ?
Veuillez sélectionner trois réponses par ordre d'importance (notées de 1 à 3 par ordre de pertinence).

PRIMAIRE

Manque d'accès physique aux soins / manque d'infrastructures

SECONDAIRE

Accès limité à des informations et des formations sanitaires pertinentes

TERTIAIRE

Incitation à un mode de vie malsain

Veuillez décrire la façon dont votre projet s'attaque spécifiquement aux problèmes cités ci-dessus.

Concernant le manque d'infrastructures, le Projet s'engage dans la création des centres d'écoute pour jeunes avec services de soin de santé intégrés notamment dans les zones les moins desservis par les services de l'Etat.
Concernant l'accès limité à des informations et des formations sanitaires pertinantes, le Projet prevoit la formation de pairs éducateurs et la mise à disposition d'outils de sensibilisation et le developpement de partenariat avec des agents de santé pour des stratégies avancées d'offre de soins dans les communautés.
Concernant l'incitation à un mode de vie malsain, le projet prevoit le développement de stratégies adaptées aux populations cibles comme chez les jeunes orpailleurs et les vendeuses ambulantes.

De quelle façon faites-vous croître l'impact de votre organisation ou de votre projet ?
Veuillez sélectionner trois moyens potentiels par ordre d'importance (notés de 1 à 3 par ordre de pertinence).

PRIMAIRE

Croissance géographique: dans plusieurs pays

SECONDAIRE

Renforcement de l'impact existant grâce à la mise en place de services complémentaires

TERTIAIRE

Adaptation du projet à d'autres secteurs ou pour d'autres besoins en termes de développement

Veuillez indiquer les activités actuellement en place ou devant être mises en place dans un futur proche pour stimuler votre croissance.

Actuellement le RAJS/BF a élaboré un plan stratégique 2011-2015 qui consacre les domaines et les stratégies de sa croisance durant les 5 prochaines années. En outre le RAJS/BF envisage la mise en place d'un centre de de formations de reference pour adolescents et jeunes. Il ya aussi le developpement de nouvelles stratégies pour renforcer l'autonomie financière du RAJS/BF dans les prochaines années.

Êtes-vous en collaboration avec : (plusieurs réponses possibles)

Organisme gouvernemental , une ONG/organisation à but non lucratif, une entreprise à but lucratif, une université.

Si oui, dans quelle mesure ces partenariats ont-ils contribué à la réussite de votre projet ?

Pour ce qui est du partenariat avec les organismes gouvernementaux, les ONG et les entreprises à but lucratif,cela a servi à financer les activités de projet et le renforcement des acquis par des appuis techniques.
Concernant l'université, leur appui permet la réalisation d'études d'enquêtes sur les jeunes et leurs besoins. La dernière études fut réalisée avec l'appui de l'Institut Superieur des Sciences de la Population de l'Université de Ouagadougou et qui s'intitule "Analyse participative nationale des besoins et aspirations des adolescents et jeunes dans un contexte de développement durable"